Statue de Saint-Galmier, avec l’enclume du forgeron – XIXème siècle

Saint-Galmier vécut au VIIème siècle.

Son nom est la déformation du nom germanique WALDEMAR, latinisé en BALDOMERUS.

Humble forgeron, il fut remarqué par l’abbé de Saint-Just de Lyon comme « l’or caché sous la cendre ».

L’archevêque Gandésic l’ordonna sous-diacre. Après sa mort, vers 650, les miracles fleurirent sur sa tombe.

Il est fêté le 27 février.

Par la suite, sa paroisse natale prit son nom pour honorer sa mémoire. Le titulaire primitif de l’église était le pape Saint Clément.

Martyrologe Romain : « Son tombeau devint un but de pélerinage jusqu’à sa destruction par les huguenots.
Cependant, une translation antérieure avait eu lieu au monastère de Savigny près de l’Arbresle…
Il est encore l’éponyme de Puy-Saint-Gulmier en Auvergne. Il est le patron des forgerons. »

 

 

Statue de Saint-Galmier